Politique scientifique

L’UNC est une jeune université dont la vocation est d’être l’acteur référent de l’Etat pour la recherche en Nouvelle-Calédonie. Les bases de cette mission se trouvent dans les Accords de Nouméa, qui prévoit en son article 4.1 que « l’Université devra répondre aux besoins de formation et de recherche propres à la Nouvelle Calédonie ». Cet engagement de l’Etat se retrouve dans l’article L 774-4 du code de l’Éducation, qui précise « qu’afin de répondre aux besoins de recherche propres à la Nouvelle-Calédonie en cohérence avec les besoins économiques et sociaux locaux, l’Université organise une conférence trimestrielle permettant les échanges et la complémentarité entre ses laboratoires et l’ensemble des organismes de recherche implantés dans son territoire ».

Au cœur de la Recherche

La politique de recherche de l’UNC est naturellement orientée vers une meilleure connaissance de l’environnement physique, biologique et humain de la Nouvelle-Calédonie en particulier, et plus généralement du Pacifique sud.

Les cinq équipes d’accueil reconnues par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le cadre du contrat quinquennal 2012-2016 se sont engagées à développer des actions thématiques pluridisciplinaires en phase avec les objectifs du contrat de développement recherche Etat-Intercollectivités de Nouvelle-Calédonie.

Ces actions, menées par chaque composante dans son champ disciplinaire spécifique, sont aujourd’hui axées sur la biodiversité terrestre et marine d’une part le nickel et son environnement d’autre part. L’exceptionnelle richesse de la biodiversité de la Nouvelle-Calédonie imposait ce choix qui se double en même temps d’une volonté de promouvoir des études sur la diversité culturelle, dans une dynamique « Homme-Environnement » très forte.

La Nouvelle-Calédonie et son environnement régional offrent, en effet, un espace d’exception par la pluralité des cultures, des langues, des expressions littéraires, orales ou écrites, des organisations sociales et politiques, anciennes ou contemporaines. L’homme, les sociétés océaniennes, la biodiversité, les richesses minérales sont donc les sujets d’études choisis par une université qui se positionne pleinement dans l’accompagnement du développement durable d’un pays en mutation sociétale rapide.

L’UNC poursuit ainsi trois objectifs stratégiques :

  • Atteindre un niveau d’excellence en recherche, en particulier grâce à des partenariats étroits avec les organismes de recherche implantés sur le territoire et en s’appuyant sur des liens avec les universités métropolitaines, européennes et de la zone Asie-Pacifique ;
  • Développer et faciliter l’émergence des thématiques scientifiques transverses répondant aux objectifs définis par l’Etat et la Nouvelle-Calédonie ;
  • Rendre lisible le rayonnement scientifique de l’UNC dans la zone Asie-Pacifique.

Contact

Bernard Rigo
Vice-président du Conseil scientifique, chargé de la Recherche
Tél. 29 00 14
bernard.rigo@univ-nc.nc

Les axes stratégiques pour 2012-2016

Pleinement consciente de sa responsabilité d’agréger les potentiels calédoniens de recherche autour d’une vision scientifique et technologique partagée par l’ensemble des institutions, l’UNC porte un projet de recherche dont les axes stratégiques sont :

  • consolider la maturité pour asseoir les performances en favorisant l’interdisciplinarité et l’articulation recherche-formation ;
  • définir des axes de recherche ciblés visant l’excellence et l’intégration de l’UNC dans  la région Pacifique ;  dans les domaines prioritaires pour la Nouvelle-Calédonie et sa région, que sont : mine et environnement, biodiversité, diversités culturelles, sociétales et linguistiques ;
  • poursuivre le développement d’une stratégie de promotion, diffusion et valorisation de la production scientifique ;
  • accroître l’efficience de l’École doctorale ;
  • développer les indispensables actions fédératives : le PRESICA et le GOPS.

Les partenariats publics

La recherche à l’UNC se veut partenariale avec les organismes de recherche implantés en Nouvelle-Calédonie (IRD, IFREMER, BRGM, IAC, Institut Pasteur). Elle est tournée vers la zone Pacifique, comme le souligne son adhésion au Grand Observatoire de la Biodiversité dans le Pacifique Sud (GOPS). Les coopérations nationales et internationales sont sans cesse renforcées afin que s’exprime pleinement la mission assignée à l’UNC : promouvoir l’excellence scientifique et le rayonnement de la culture française dans l’aire Pacifique. Elle s’appuie en cela sur les orientations du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, du Secrétariat d’Etat à l’outre-mer et de l’Union Européenne. Au plan local, sa stratégie intègre les objectifs du contrat de développement recherche Etat-Inter collectivités.

Les chiffres de la Recherche à L’UNC

  • 6 équipes d’accueil
  • 100 enseignants-chercheurs et techniciens
  • 1 école doctorale
  • 30 doctorants et post-doctorants