Partenariats et programmes

Positionnée au cœur des enjeux scientifiques pour la Nouvelle-Calédonie, l’UNC nourrit une longue tradition de collaboration avec les organismes de recherche implantées sur le territoire. Elle s’associe aux différentes initiatives qui visent à définir des objectifs communs et mutualiser les moyens engagés.

Politique de partenariat

La recherche à l’UNC s'organise en partenariat avec les organismes implantés en Nouvelle-Calédonie et dans la zone Pacifique, à travers la politique de relations internationales.  Pour la Nouvelle-Calédonie, il s’agit des acteurs suivants :

  • L’Intsitut de Recherche pour le Développement (IRD) ;
  • L'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER) ;
  • Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM);
  • Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) ;
  • L’Institut Pasteur ;
  • L’Institut d’Agronomie néo-Calédonien (IAC).

La collaboration scientifique avec l’IRD est contractualisée sur la période 2008-2011 à travers deux programmes pluriformations axés sur les enjeux environnementaux de la Nouvelle-Calédonie.

L’établissement est membre du GOPS (le Grand Observatoire de la biodiversité terrestre et marine du Pacifique Sud) qui rassemble onze établissements de recherche et universités françaises désireux de coordonner leurs moyens et travaux scientifiques sur la zone. Les réponses aux appels d’offres recherche du CNRT « Nickel et son environnement » ont créé les conditions d’une synergie partenariale exemplaire, déjà amorcée à travers les programmes fédérateurs d’initiative nationale, tels que l’IFRECOR, ou locaux (Zoneco, Agora, forêt sèche).

L’UNC s’adosse naturellement aux programmes de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et répond à ses appels à projets.

Le nombre croissant de partenariats avec des universités étrangères témoigne de l’ambition qu’à l’établissement de tisser un réseau coopératif durable dans les domaines de la mobilité des enseignants-chercheurs et doctorants ainsi que de la Recherche.

Programmes

L’UNC souhaite développer des projets de coopération scientifique à dimension internationale autour de problématiques d’intérêt majeur pour la Nouvelle-Calédonie (mines, érosion, gestion de l’eau, assainissement, gestion des déchets, aménagement du territoire, diversité culturelle et linguistique…) et en lien avec ses partenaires locaux.

Cette « priorité à l’action partenariale » se traduit pour l’UNC par le portage d’un projet de création d’un Pôle de Recherche en Nouvelle-Calédonie, sur le campus de Nouville, dans le cadre d’un Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur caéldonien.

Le Grand Observatoire de l’environnement et de la biodiversité terrestre et marine du Pacifique Sud (GOPS)

Fédérer les activités de recherche dans le Pacifique, mutualiser les dispositifs, renforcer la lisibilité : tels sont les objectifs du GOPS. Initié par l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) et la direction nationale de l’IRD, il regroupe aujourd’hui les acteurs de la recherche française dans le Pacifique sud.

Le GOPS est un observatoire de recherche qui permettra de renforcer la mutualisation des moyens entre ses membres en incluant l’ensemble des dispositifs existants. Il a pour vocation de traiter des questions scientifiques à l’échelle globale et régionale, et sur le long terme. Une des activités principales du GOPS portera d’une part sur l’acquisition de données et, d’autre part, sur la gestion et la diffusion des données scientifiques.

Les axes de recherche proposés sont au nombre de quatre :

  • Observations des systèmes marins ;
  •  Biodiversité terrestre insulaire ;
  •  Variabilité, changements climatiques et aléas naturels ;
  •  Evolutions et la transformation des modes d’usage et de gouvernance des ressources naturelles dans le Pacifique sud ».

L’objectif du GOPS est également d’apporter aux différents acteurs publics les informations nécessaires) à l’élaboration de politiques environnementales et à a prise de mesures de protection de la biodiversité, de surveillance et de veille environnementales, ou de conservation et valorisation du patrimoine naturel. L’élargissement du GOPS à d’autres établissements scientifiques étrangers dans la région Pacifique est souhaité à terme.

Le Centre National de Recherche et de Technologie Nickel et son environnement (CNRT)

Le Groupement d'intérêt Public « CNRT Nickel et son environnement » a pour objet la mise en commun et la gestion de moyens pour réaliser des programmes de recherche ou de développement technologique, pour une exploitation durable des ressources minières compatible avec la préservation de l’environnement naturel et humain de la Nouvelle-Calédonie. La priorité reste à la construction d’outils de mesure d’impact de l’activité, notamment des trois principaux sites industriels existants. Trois thèmes de recherche sont traités : Nickel et société, Nickel et technologie, Nickel et environnement.

Basée sur un fort partenariat public-privé, l’opération est inscrite au contrat de développement Etat/Inter-collectivités de la Nouvelle-Calédonie 2006-2010. Elle fonctionne par appels à projets.